Monthly Archive for February, 2007

On se bourre la face au Semlor!

Il n’y a pas qu’en Nouvelle-Orléans qu’on fête le Mardi Gras. Les pays scandinaves nous offrent pour l’occasion une patisserie digne du Fat Tuesday: le semlor

Il s’agit d’une merveilleuse concoction basée sur une brioche à la cardamome, un bon sprout de pâte d’amandes au centre, le tout chapeauté d’une belle crême fouettée et d’un petit couvercle. Un délice traditionnel qui est loin d’être approuvé par Weight Watcher. Petite remarque sympatique: les semlor sont vendus partout au pays mais sans date d’expiration. Il n’est jamais trop tard pour se bourrer la face!

Pour en connaître un peu plus:
http://www.thelocal.se/article.php?ID=3072&date=20060216
http://en.wikipedia.org/wiki/Semlor
http://www.flickr.com/search/?q=semlor&w=all&s=int

Deux semaines sur la route

Ca fait drôle d’être de retour à Umea après deux semaines bien remplies de conférences et de visites. C’est le retour à la maison, une maison qui n’est pas vraiment mon chez moi natal. Par contre, c’est tout comme. On s’y fait vite à habiter ailleurs, l’étranger devient rapidement point de référence et de réconfort. Une visite rapide à Montréal tourne vite en voyage. Une question de perspective quoi.

Donc j’ai bien bougé depuis les deux dernières semaines. Mes collègues de classe (ID2) et moi avons participé à la conférence LIFT à Genève du 7 au 9 février dernier. Cet évènement ayant comme thème « l’influence des technologies dans notre société » fut bien intéressant. La première journée de trois fut dédiée à des workshops. J’ai participé à un premier « Designing the future » dirigé par Cockaine où j’ai terriblement apprécié les différents outils et perspectives d’analyse sur le passé et le futur. Une excellente réflexion sur la vitesse (lente) des changements dans notre société, même à l’heure du tout et toujours connecté.

Les deux jours suivants, nous avons eu l’occasion d’écouter moult présentations, certaines très bonnes, d’autres plutôt molles. Les sujets traités étaient généralement pertinents et intéressants, mais les discours étaient un peu trop soft à mon goût. J’aurais aimé voir des idées plus choquantes, provocatrices et moins remâchées à l’ère du web 2.0. Les tables rondes ressemblaient plus à des pitch de vente qu’à de vrais débats. Somme toute, j’ai bien apprécié les présentations de Jan Chipchase (Nokia), Industrial Ecology et Adam Greenfield. Rien de directement relié à mon projet final, mais somme toute d’excellentes perspectives sur le clash entre les humains, ses activités et les technologies. Aussi, je dois dire que c’était bien plaisant de se retrouver avec mes collègues de classes dans un autre contexte. Nous avons bien mangé et bu disons!

Samedi, j’ai quitté le dispendieux Genève pour m’envoler vers Montréal. Ma visite a bien été courte, seulement 4 jours, mais j’ai essayé d’en profiter au maximum. Dimanche, j’ai pu brunché avec mes cousins et cousine, tandis qu’en soirée mes amis de longue date sont venus festoyer chez mes parents. Merci à tout le monde qui y était. J’ai vraiment apprécié vous revoir la binette et de suivre vos dernières péripéties. Mes deux derniers jours à Montréal furent une vraie course contre la montre. J’ai réussi à boucler un maximum de visites et de rendez-vous : dentiste, visites académiques, impôts, paperasses officielles, etc. J’aurais bien apprécié quelques jours de plus avec mes amis et mes parents, mais bon c’était tout de moins mieux que rien! Le froid, c’est universel, c’est frette pareil que l’on soit en Suède ou au Québec. Par contre, on dirait que c’est toujours plus mordant à Montréal!

Mercredi, matin de la st-valentin, j’ai échappé de justesse à la tempête de neige pour me rendre en Louisiane. Je suis arrivé à Baton Rouge, avec les sinus un peu bloqués (un classique pour moi lorsque je mix fatigue et voyage). Par contre, une chambre d’hôtel très confortable et quelques plats cajuns bien épicés ont vite débloqué mes voies nasales. Ma visite en Louisiane avait un but bien précis, TEI 07, la première conférence académique sur le sujet Tangible and Embedded Interaction. J’ai donc passé trois jours à écouter des conférences et à discuter avec les gens de cette nouvelle communauté académique. Je dois dire que j’ai vraiment apprécié mon séjour à cette conférence. J’y ai rencontré des personnes et groupes de recherche formidables. Tout n’était pas très intéressant (comme dans toute conférence) mais ca faisait un bon complément à LIFT. J’ai également pu rencontrer et parler avec mon tuteur chez Nokia car lui aussi participait à l’événement. Je n’ai pas trop été impressioné par Baton Rouge, c’est une vraie ville de ‘char’ : la ville et les services sont concus pour les déplacements automobiles. Je me disais qu’en logeant au Sheraton au centre de la ville, j’aurais l’occasion de marcher et de découvrir le centre-ville. Kapoute, pantoute, il n’y a pas de centre-ville et les rues autour de l’hôtel (qui est très central) regorgent de stationnement à étages. Ca mérite un note ‘flat tire’ dans mon guide personnel Michelin.

Par contre, samedi après le dîner, nous avons pris la route (1 heure) pour New Orleans afin de festoyer sous les parades du Mardi Gras. Cette ville est diablement plus intéressante, même si on peut encore ressentir les traces de Katrina. La classe moyenne semble s’être évaporée, il ne reste que les plus riches et les plus pauvres. J’ai bien adoré les quelques pauses bouffes que nous avons faites au courant de la journée, en particulier les beignets au Café du Monde et un excellent souper à l’House of Blues. Miam miam, pas cher en plus. Bourbon Street est quelque chose en soit : un gigantesque party de rue, où l’alcool coule abondamment et où les excès de nudité sont très communs (quoique je ne comprenne pas trop l’engouement de cette chose). Bref, un pèlerinage sacré pour les « party animals », une bonne occasion de lâcher son fou et de ramasser plusieurs kilos de colliers en plastique cheap.

Toute bonne chose a une fin, et pour moi c’est le retour au pays des Vikings. Le retour aérien en 4 segments de vol est toujours un peu long. Combiné au décalage horaire, ca signifie près de 40 heures (départ dimanche matin, arrivée lundi PM). Par contre, avec l’expérience, on trouve des petits trucs et astuces pour rendre les trajets trans-atlantiques plus plaisants. Après une séance de chialage à propos du WiFi à l’aéroport de Memphis, j’ai eu droit à un séjour gratuit de 7 heures dans le Salon Affaires de NWA. Aussi, j’arrive maintenant à dormir sur les longs vols, et bordel que ca fait toute une différence. C’est comme si j’avais gobé une pilule magique Racine de Vie d’Adrien Gagnon. J’ai pu me pointer à l’école mardi matin, frais et dispo.

Albums photos: LIFT à Genève, TEI 07 et Mardi Gras en Louisiane.