Monthly Archive for July, 2007

Voyage avec la famille

De quoi rêve-on lorsque l’on est loin de son pays et de ceux que l’on aime? De voir débarquer une partie de sa famille pour sa fête et pour passer les vacances! C’est ce à quoi j’ai eu droit pour ma fête cette année et c’était le plus beau cadeau! Ma maman, les beaux-parents ainsi que le parrain de Camille sont venus nous visiter en Islande (faut le faire quand même…) pour passer 2 semaines avec nous. Camille et moi on est parti de notre ville du nord vers Reykjavik pour aller chercher la visite. Nous avons passé quelques jours dans la capitale. C’était notre première visite. Reykjavik la belle et…la moins belle. Disons qu’il y a des quartiers plus beaux que d’autres. C’est tout de même joli en général. De toute façon, on ne peut pas dire que l’on vient en Islande pour les villes. Cependant, on y vient pour les extraordinaires paysages que cette mystérieuse île volcanique nous offre. Le sud nous a réservé de belles surprises. Sur notre chemin : Geysir et Gullfoss, des geysers qui crachent une eau chaude s’élevant jusqu’à vingt mètres dans les airs et une chute d’où l’eau s’écoule avec une puissance impressionnante. À Snaefellsnes, une plage sans fin de sable noir d’où on voit émerger un rocher protégeant les macareux. Montagnes et glaciers du parc national de Skaftafell côtoient d’immenses plaines d’un vert presque fluo. On a aussi bien mangé et bu, ce qui est toujours agréable en bonne compagnie. Je conclu par ce qui suit : Islande Été 2007 = méchante bonne idée finalement!

50% plus de photos

En attendant les textes complets, voici les derniers albums photos des récentes aventures islandaises:

Le sud de l’Islande avec la famille, du 28 juin au 12 juillet.

Le lac Myvatn, mettant en vedette Annie et Pierre du Québec, 22 juillet.

Sketching in Hardware 07: San Francisco

sketching07_logoLe mois dernier, j’ai eu la change de pouvoir participer à un workshop à San Francisco portant sur le sujet Sketching in Hardware. Cet atelier de quelques jours avait pour but de réunir les plus grands noms dans le domaine afin de discuter, échanger et partager sur le sujet. Le titre et le descriptif anglais décrivent très bien l’évènement, donc je n’essaierai pas de les traduire:

A summit on the design of/with physical computing toolkits.

The act of sketching defines and redefines boundaries. Everyone who makes sketches, whether on paper, in software or, increasingly, in hardware. Sketching may begin with an idea, but the process fundamentally changes that idea. Sketches identify both what an idea is, and what it is not. They serve as histories and illustrations. Sketching tools simultaneously help and constrain the possibilities of sketching. Make a new sketching tool and new boundaries appear, while old ones dissolve.

Donc, sitôt arrivé en Islande , j’ai vite repris la route (aérienne) vers la côte Ouest américaine à la mi-juin. J’ai fait un arrêt de quelques jours à Boston afin de voir mon cousin Thomas et sa copine France. Un grand merci encore pour cet accueil chaleureux. Nous avons bien mangé (burritos extra-spicy, miam miam) et pu se taper une petite ride de voile en plein centre-ville, sur la Charles river.

Le vendredi matin, j’ai pris le long vol Boston-San Francisco, et c’est là qu’on s’apperçoit que c’est grand l’amérique. Cinq longues heures de vol pour relier la côte est à la côte ouest. Que le monde est rendu cheap, on nous sert même pas de petites peanuts gratuites. Il faut tout payer sur ces vols domestiques, bordel. Ma voisine de siège m’a refillé une énorme salade que son mari que voulait pas. Ah que le monde est bien fait :-)

Mon séjour à SF a été très douillet. J’avais une chambre bien luxurieuse en plein centre-ville. J’ai pu tout faire à pied pendant mon séjour (au diable les cable-cars trop touristique, j’ai déjà donné).

L’horaire du workshop était bien rempli: 5@7, souper commun, visites organisées et plus, et ce à chaque jour. Un gros 72 heures en mode éponge bavarde, à parler à tous ces gens et à absorder le plus possible. J’adore! Les participants étaient tous chaleureux et intéressants. De petits trésors de connaissances et d’expériences. C’est fort sympathique de pouvoir mettre des visages sur ces concepteurs et auteurs un peu mystiques et mystérieux.

Bref, j’ai passé un excellent workshop là-bas. J’espère garder contact avec plusieurs d’entre eux et de pouvoir éventuellement participer à la troisième édition l’an prochain. C’est en participant à ce genre d’évènement qu’on se rend compte la technologie est bien encore loin de pouvoir remplacer ce genre de contact humain si riche et fertile en échange. C’est dommage d’avoir à voyager à l’autre bout de la planète pour si peu de temps (et les impacts environnementaux associés), mais ce qui en ressort est vraiment riche et incomparable.

Suite au workshop, il me restait plus que deux jours totalement libre pour visiter la région. J’ai marché beaucoup en ville, en fouinant ça et là, à m’arrêter au gré du vent (et des côtes). J’ai passé mes soirées en compagnie de mon ami mexicain Jorge (un collègue de classe d’Umeå présentement à stage là-bas). Nous avons déambuller en ville, chercher des petits restos et cafés afin de se goinfrer largement. Il m’a fait visiter les sympathiques bureaux d’IDEO à Palo Alto. IDEO est probablement la boîte de design la plus connue et la plus établie dans le monde de l’Interaction Design. Cette visite a très bien termimé mon voyage thématique sur le Hardware Sketching. J’aurais pas pu demander mieux!

Mercredi matin, j’ai repris l’avion en direction de la petite Islande lointaine. Il était temps de retrouver Camillette à Reykjavik. Les vacances islandaises avec la famille allaient débuter sous peu…

Oups j’oubliais, voici les photos de ce petit périple au royaume américain.

Bolide à trois roues

bolide à trois rouesC’est aujourd’hui que j’ai reçu ma remorque polonaise, yééééééé!!!! Elle est arrivée bien vite de sa chère Pologne natale (7 jours seulement). Pour faire une histoire courte, mon vieux vélo de montagne n’a aucun point d’attache pour recevoir des porte-bagages. Je n’aimais pas trop l’idée d’essayer de patenter des oeillets fait maison ou de dénicher un soudeur bidouilleux, donc je me suis remis à l’option d’acheter une remorque pour transporter mes bagages.

En fouillant un peu en ligne, j’ai déniché une nouvelle remorque qui semblait fort intéressante et relativement abordable: l’extrawheel. Je connaissais bien les remorques B.O.B., mais leur prix est exorbitant en Europe, en plus d’être assez volumineux côté transport. Comme l’extrawheel est très récente (sur le marché depuis quelques mois seulement), c’est un peu à l’aveugle que j’ai décidé de passer ma commande. Advienne que pourra, il me faut quelque chose de toute façon si je veux partir en cyclotourisme.

Et bien, je ne suis pas déçu du tout. La remorque est, à première vue, très bien pensée et construite. Le système d’attache semble bien feluette (délicat) à priori, mais s’avère bien solide et fiable une fois mis sous tension. Mis à part les 160$ de taxes et douanes que j’ai dû payer en supplément au bureau de poste, je suis totalement comblé. Il reste à voir comment le tout se comportera une fois chargé et avec un grand vent latéral, mais ça c’est pour plus tard.

Voici un petit vidéo des premiers tours de roue de l’extrawheel avec ma vieille picouille Specialized!

Passif ou paresseux

Ces derniers temps, camillette et moi avons écrit bien peu sur ce petit blog personnel. Je ne sais pas si c’est un signe de lâcheté, le fait que nous sommes sur la go souvent, ou bien quoi, mais nous essaierons de ravigoter ce carnet électronique d’ici peu. Peut-être que notre situation géographique assez nordique fait en sorte que nous fonctionnons au ralenti, à concentrer nos énergies aux activitées de survie en milieu frette… J’en doute un peu car nous sommes toujours bien actifs et nos escapades en ce début d’été sont nombreuses et trépidantes.

Donc attachez vos speedos avec de la broche à poule, nous vous communiquerons sous peu nos dernières aventures en un gros geyser bien islandais.